BAJAZET, de Racine


Superbe tragédie, moins jouée que d’autres, empruntant à la mode des « turqueries », cette pièce de passions et de pouvoir est donnée actuellement à la Comédie-Française.


Le sultan Amurat part pour Byzance, combattre le Persan, et laisse son frère Bajazet à la surveillance de la sultane Roxane. Mais celle-ci aime Bajazet secrètement, qui ne lui rend pas cet amour. La mort, seule, pourra dénouer ces fils.


Dans une mise en scène qui évoque la lecture à la table, Eric Ruf a installé ses comédiens, en tenue très informelle, et on l’on songe à un conseil de classe, avec ses professeurs et ses élèves. Les professeurs sont Clotilde de Bayser, Hervé Pierre, Bakary Sangaré, Sylvia Bergé et il s’agit de la fine fleur du Français : ils servent la tragédie de toute leur puissance, leur sensibilité et leur « patine » : Racine est là, tout entier. Des jeunes gens, aux rôles écrasants, leur donnent la réplique : Birane Ba, à l’excellente diction, Elissa Alloula, émouvante et Claïna Clavaron, très contemporaine.


Ce spectacle peut séduire, avec d’évidentes audaces, d’autres pourraient ne pas y entrer, mais le bonheur d’entendre rugir les « vétérans » compense les faiblesses.


La tentative de briser les cadres et d’exposer le travail du comédien, sans artifices, dans une nudité de condition, avec un souci de transmission, est louable.


A voir, pour savoir.


Christian-Luc Morel

Comédie-Française, au Studio-Marigny, Théâtre Marigny (accès à droite), Carré Marigny, Paris VIIIème. M° Champs-Elysées-Clemenceau. Location : 01 44 58 15 15. Jusqu’au 15 novembre.


Suivez-nous
  • Twitter Basic Black
  • Facebook Basic Black
Chroniques récentes