LA NUIT DES ROIS, de Shakespeare


Ou « Tempête en perspective ». La comédie tardive du grand dramaturge anglais est présentée actuellement, au Français, dans une mise en scène audacieuse, fidèle et insoumise. Stupeur et tremblements garantis.


La jumelle de Sébastien, Viola, victime d’un naufrage et jetée sur les côtes d’Illyrie, croit son frère mort et se résout, démunie, à entrer au service du Duc Orsino, travestie en homme et chargée, aussitôt, par son maître d’intriguer auprès de celle qu’il convoite, Olivia. Mais Viola aime déjà le duc, tandis qu’Olivia s’éprend de son apparence masculine. A cet enchevêtrement de désirs, s’ajoutent les complots d’une paire de nobles adorateurs de Bacchus flanqués d’une drôlesse nommée Maria, tandis qu’un fol ardent, Malvolio, intendant d’Olivia en rut, gémit de concupiscence . La nuit devient celle des fous, de la confusion et du désordre des sens. Qui est qui ? A quel sexe appartient-il ? Comment aimer dans l’obscurité et les éclairs trop brefs ?


Un metteur en scène allemand, Bas-Saxon, Thomas Ostermeier, de notoriété internationale, rompu à l’œuvre de Shakespeare, a été convoqué pour réaliser ce travail exaltant, où l’imagination le dispute à la folie, à l’exhibitionnisme le plus jouissif, à la débauche des couleurs et des sens.


La troupe, galvanisée, exulte à dérouler cette kermesse, vêtue de caleçons divers, courts et longs, de nuisettes, s’appropriant les obsessions de la mise en scène, les retournant parfois, très librement, priapique, désinvolte, pétillante de jeunesse. Les musiques de Monteverdi, Vivaldi et autres sont admirablement chantées par Paul Figuier. Denis Podalydès incarne un Duc absent de lui-même avec conviction. Georgia Scalliet et Adeline d’Hermy sont émouvantes, tandis que Sébastien Pouderoux, représente le mâle (et le mal) écrasé, victime collatérale du genre. Le trio Laurent Stocker-Stéphane Varupenne-Christophe Montenez est truculent, inoubliable. Malgré une traduction d’Olivier Cadiot qu’on oubliera, le texte fait mouche, évidemment !


Comparable à un torrent, cette Nuit des rois est impétueuse, débordante, fidèle à la folie d’origine… et tout simplement, au sens propre…irrésistible !


Christian-Luc Morel


Comédie-Française, 1, place Colette, Paris Ier. M° Palais-Royal ou Pyramides. Location : 01 44 58 1515. En alternance. Jusqu’au 28 février 2019.


Mots-clés :

Suivez-nous
  • Twitter Basic Black
  • Facebook Basic Black
Chroniques récentes