L’EVEIL DU PRINTEMPS, de Wedekind


Polémiques, printemps, jeunesse, audace : voici une entrée au Répertoire qui va faire date et bruit.


Frank Wedekind, homme du XIXème siècle, est un de ces grands auteurs allemands mal-connus en France, précurseur de l’expressionnisme, inspirateur de Freud et de ses partisans, scandaleux en son temps et probablement de nouveau aujourd’hui, en ces temps de glaciation morale et des jugements à l’emporte-pièce. Inventeur, malgré lui du « concept d’adolescence », Wedekind évoque ici ce temps de l’entre-deux, entre enfance et maturité, qui serait une sorte de « jeunesse douloureuse, inquiète et curieuse ».


L’histoire est simple. Des jeunes garçons désirent faire l’amour avec des jeunes filles. Mais ils ne savent rien ou presque. Elles pressentent les dangers du plaisir, les suites fâcheuses, les drames. Comment aimer ? Pourquoi les aînés les-ont-ils laissé grandir sans rien leur transmettre pour vivre ce passage ? Du désir comme une épidémie étrange.


Clément Hervieu-Léger, habile homme, a imaginé une mise en scène très actuelle, mobile, colorée, une cour d’école qui n’est plus à l’échelle des jeunes gens. Quelle distribution étincelante : Michel Favory, Jérémy Lopez, Alain Lenglet, Eric Génovèse, Clotilde de Bayser, Christian Gonon, Julie Sicard, Serge Bagdassarian, Cécile Brune, Bakary Sankaré, Nicolas Lormeau, Georgia Scallet, Sébastien Pouderoux, Christophe Montenez


Comédie-Française, 1 place Colette, Paris Ier, M° Palais-Royal, location : 01 44 58 15 15. En alternance. Jusqu’au 8 juillet.


Mots-clés :

Suivez-nous
  • Twitter Basic Black
  • Facebook Basic Black
Chroniques récentes